Drague dans la rue : avoir le droit de ne pas répondre ?

harcelement de rue drague

Halte aux insultes et à l’agressivité dans la rue à la moindre drague. A quand un changement de mentalités chez certains hommes pour que l’espace public passe de parcours du combattant à lieu de vie serein?

C’était une de ses situations tristement banales. Une drague qui se voulait – ou non – originale d’un « Vous êtes charmante, on peut discuter? » et d’une réponse claire même si sans agressivité « Non merci ». Réaction: « Va te faire *** salope! » Ou comment signifier un refus à de la drague de rue est devenu source d’insulte et de mépris, là où certains hommes clament qu’il ne s’agit que d’un échange et de liberté d’interpeller.

Que nous prenions la peine de décliner une offre voire qu’on l’ignore tout simplement, se promener dans la rue devient parfois un parcours du combattant. Non seulement, il faut affronter les remarques mais aussi l’agressivité et la lourdeur si on ne va pas dans le sens de celui qui nous aborde. Mais pourquoi tant de haine? Parce que la femme est encore trop souvent considérée comme un objet à disposition qui devrait automatiquement répondre aux sollicitations mais aussi forcément s’en sentir flattée et y donner suite. D’après les chiffres de l’enquête ENVFF, 76% des françaises ont déjà été suivies dans la rue et 82% ont déjà subi du harcèlement de rue avant leurs 17 ans. Un fléau qui touche donc déjà les mineures.

Comme l’explique si bien le Projet Crocodile, peut-être que dans un monde idéal, nous pourrions tous nous plaire les uns les autres. Dans la réalité, le premier inconnu qui nous aborde ne nous intéresse pas forcément, de même que nous n’avons pas forcément envie de lui parler ou de lui révéler notre nom et autres informations sur notre vie. Toujours d’après les statistiques ENVFF, le caractère sexiste des insultes les plus fréquentes -salope à 24% et conne à 19%- démontre un environnement encore fortement machiste où une femme n’a pas le droit de se refuser à un homme. Surprise, elle en a le droit!

Dans la vie comme sur Tinder, chacun est libre de choisir ses échanges. Et dans un espace public où chacun vise à se déplacer tranquillement, se promener, se relaxer dans un coin, il est de bon ton de considérer que chacun a le droit à la tranquillité. Quand bien même certains décrètent qu’ils ne peuvent laisser passer la potentielle femme de leur vie sans lui signifier qu’elle a attiré leur attention, il faut garder à l’esprit qu’elle n’est pas forcément en quête du prince charmant et que son désintérêt n’est pas une attaque personnelle. Alors si les lourds pouvaient éviter eux, d’en faire en permanence, nos balades seraient bien plus agréables.

A bon entendeur, ciao !

Inscrivez-vous à la newsletter

Inscrivez-vous!

* = Champ requis

Un avis ? Dites-nous tout !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*