Inès Rau : la première playmate transgenre de l’histoire

inès rau trans mannequin

Inès Rau affole la toile en étant la première playmate transgenre. Un choix audacieux pour Playboy qui célèbre la beauté quelle qu’elle soit et poursuit la lutte vers plus de diversité.

Le magazine Playboy frappe un grand coup en faisant poser la première playmate transgenre. Inès Rau, sublime brune au regard brûlant, marque ainsi l’histoire de la plus célèbre revue coquine du monde. Un pas de plus pour une plus grande diversité dans les médias mais aussi vers plus de tolérance et de reconnaissance de la communauté transgenre.

ines rau playboy

Elle a 26 ans et est d’origine française. Inès Rau, née de sexe masculin et désormais femme transgenre, n’a rien à envier à ses collègues playmates. Séductrice et athlétique, elle incarne la beauté avec brio de ses courbes affriolantes. Une bonne façon également de casser les tabous autour de la sexualité des personnes transgenres dans un monde encore rempli de préjugés.

L’annonce de sa sélection n’a d’ailleurs pas fait l’unanimité. Choisie par Cooper Hefner qui la qualifie « d’adorable, avec une merveilleuse personnalité », Inès a également du faire face à de nombreuses critiques sur les réseaux sociaux. L’ex-actrice X Jenna Jameson entre autres n’a pas manqué d’afficher son mécontentement sur Twitter, critiquant ouvertement le choix. Une violence qui n’a toutefois pas atteint la jeune femme: « il y aura toujours des personnes qui ne comprennent pas et qui chercheront à être très mauvais et voir tout ça renforce encore plus mon sens du combat pour l’éducation et le respect. » a-t-elle confié à la presse.

Enchainant les poses en lingerie et dans le plus simple appareil, la belle a posé pour l’objectif du célèbre photographe Derek Kettela. Si elle a droit à son édito de plusieurs, elle laisse en revanche la couverture à Hugh Hefner,  fondateur de Playboy décédé fin septembre à 91 ans. Une consécration qui vient après de nombreux succès pour l’amie de la chanteuse Shy’m.

Celle-ci n’est en effet pas une novice dans le domaine du mannequinat, elle a d’ailleurs récemment posé pour Balmain Hair Couture. Du côté du magazine, le clan Hefner reste inébranlable face aux critiques. Playboy n’en est pas à sa première polémique et a répondu aux provocations avec un rappel historique: en 1965, la première Playmate noire Jenny Jackson avait aussi fait grand bruit. Qu’on aime ou qu’on déteste Playboy, il faut reconnaître que le magazine a toujours su embrasser les changements sans sourciller. A quand une Playmate ronde désormais?

A lire aussi :
Andreja Pejic : le top transgenre égérie Make Up For Ever
Hari Nef : le mannequin transgenre qui casse les codes
Emily Ratajkowski : Une bombe qui monte

Inscrivez-vous!

* = Champ requis

Un avis ? Dites-nous tout !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*